webzine indierockopera

INDIEROCKOPERA...le petit webzine des musiques indie, pop, rock, éléctro, à découvrir d'urgence
le jeudi de 18h30 à 19h30 sur les ondes de Campus Grenoble 90.8 FM!!!

ALBUM DU MOIS

JOHN AND JEHN  
John and Jehn  

JOHN AND JEHN
Musiques indie pop rock...indierockopera

Ecoutez la playliste tout en naviguant...

pochette album

ANGUS ET JULIA STONES
Down the way
note

pochette album

SEBASTIEN SCHULLER
Evenfall (2009)
note

pochette album

CHINESE MAN RECORDS
The groove sessions 2
note

pochette album

THE SHAKY HANDS
Lunglight (2008)
note

pochette album

MEGAPUSS
Surfing (2008)
note

La démarche est gratuite et passionnée; si vous êtes propriétaire d'une musique et que l'approche ne vous plait pas, envoyez un mail via l'onglet contact et le lien sera supprimé.
Wildbirds and Peacedrums+Helluvah:à Grenoble au Ciel

Copyright Indierockopera 2007, tous droits réservés  #Contact#

Jack and Jeffrey Lewis + 1ère partie Like A Dream à E.V.E. le 05 juin 2008
rédigé le 11/06/2008




Quand la commission concerts de Radio Campus Grenoble a eu l’opportunité de récupérer un day off de Jeffrey & Jack Lewis (venus en Europe pour assurer la première partie de la tournée de Stephen Malkmus & the Jicks) je me suis dit : pourquoi pas .C’est vrai que ça fait un petit paquet de mois que certains de mes amis me rebattent les oreilles avec Jeffrey Lewis. Et surtout avec son dernier album « 12 Crass songs » que je trouve plutôt agréable à l’oreille, mais j’ai toujours eu un faible pour Crass !

Moi, l’Anti Folk (dans la mesure où je ne m’intéresse pas aux paroles dans la musique populaire) je trouve que ça ressemble beaucoup à la folk à papa. Et l’attitude bricolo, laid back, nerd; ça ne m’a jamais convaincu… Et si je reconnais que l’effort d’illustration des chansons sur « 12 Crass songs » est louable, et donne surtout un bien bel objet, comme je ne suis pas du tout branché BD, strip, crobars… ça ne me stimule pas au-delà de 2min.

Pour faire court, j’étais dans l’expectative avant ce concert de Jeffrey & Jack Lewis, même si j’avais, pour les besoins des émissions spéciales que nous avons fait sur Radio Campus Grenoble, écouté (mais pas très attentivement soyons franc) 3 de leurs albums.

Dès la balance je commence à avoir un bon feeling ! Malgré une installation minimale : basse, guitare, mini clavier, un ordi et une paire de pédales, les 2 frangins sont capables de faire un paquet de barouffe, ce qui me laisse espérer un concert pas trop anémique.

En première partie Like A Dream, le fils putatif et annecien d’Eliot Smith (si on en croit son choix de reprises) est vraiment intéressant. Tenant la scène et créant une envie d’écoute pour sa musique à base de petites mélodies folk soutenues de boucles discrètes et d’une voix pas trop fragile.

http://www.myspace.com/likeadreamthroughmyhead

jeffrey lewis


Alors qu’habituellement à Eve, quand arrive la tête d’affiche, le plus gros du public est dehors pour une pause clope / blabla qui s’éternise, là, tout le monde vient se presser immédiatement au pied de la scène. Un bon choix. Pas de temps mort dans la prestation ultra courte, compacte et intense des frères Lewis !

Pas trop de trucs folk gratouillis en solo. Un morceau de Crass repris façon Diddley Beat en hommage posthume (classe). Pas mal d’énergie, tant mieux. Et un max d’émotion quand il faut. Par deux fois Jeffrey s’avance seul et chante a capella des petites historiettes de son cru, illustrés par un strip dont il tourne les pages au fur et à mesure de l’avancement de la narration. Scotchant !
...Comme la saga qu’ils jouent tous les deux et qui raconte l’Histoire underground du Punk Rock Us depuis 1953 jusqu’à 1976 (ou un truc approchant). Pour l’illustrer, ils jouent des extraits de trucs des Fugs, Velvet Underground, Patti Smith, Richard Hell & the Voivods. Brillant, il n’y a pas d’autres mot !

Après 45 mn ils quittent la scène, sans rappels. Préférant jouer bien que jouer trop, ce qui créera un petit sentiment de frustration chez la plupart du public, signe que ce concert était énorme (si tu veux pas que ça s’arrête et que c’est trop court c’est que tu t’éclates…). Mais moi ça m’allait. On en a trop vu de ces groupes qui s’éternisent sur scène et diluent tout intérêt pour leur prestation.

Ensuite, c’est l’émeute au stand. J’ai jamais vu ça, à mon avis au moins la moitié des 13O personnes présentes sont reparties avec quelque chose sous le bras, en plus d’un grand sourire...

http://www.myspace.com/jefflewisband http://www.thejeffreylewissite.com

Chroniqué par Bertrand, animateur de l'émission "Voix de Garage" sur Campus Grenoble 90.8FM

http://www.myspace.com/voixdegaragegrenoble